Pour être informé à chaque mise à jour !

mercredi 9 mars 2011

Exercices de la photocopie ( § 5 de la séance 8)

Exercice n°1 :
Voici des extraits des Fables de La Fontaine. Relevez dans chaque extrait les verbes au présent de l’indicatif et précisez la valeur de ce présent.

Extrait 1 : Le Renard et la Cigogne

Trompeurs, c’est pour vous que j’écris :
Attendez-vous à la pareille.


Extrait 2 : Le Villageois et le Serpent

Il est bon d’être charitable :
Mais envers qui ? c’est là le point.


Extrait 3 : Le Loup et la Cigogne

De bonheur pour ce Loup, qui ne pouvait crier,
Près de là passe une Cigogne ;
Il lui fait signe, elle accourt.
Voilà l’opératrice aussitôt en besogne.
Elle retira l’os puis pour un si bon tour
Elle demanda son salaire.


Extrait 4 : Le Laboureur et ses Enfants

Gardez-vous, leur dit-il , de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents :
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver : vous en viendrez à bout.






Exercice n° 2 :
Dans les phrases suivantes, le présent exprime-t-il un fait au moment de l’énonciation, une habitude ou une vérité générale ?

1°) Aujourd’hui nous fêtons les douze ans de ma sœur Floriane.
2°) La Terre n’est pas la planète la plus proche du Soleil.
3°) Chaque soir, en rentrant du travail, mon père joue de la guitare.
4°) Située au nord de la Sardaigne, la Corse est plus près de l’Italie que de la France.
5°) Les loups vivent en meute.




Exercice n°3 : Repérer les effets du présent de narration.

a)    Relève dans ce texte un passage au présent.
b)   Quel est le mot qui indique le changement de temps ?
c)    Ce changement du passé au présent est-il gênant à la lecture ? Quel est l’effet produit ?

      Quand Buck revint à lui, tremblant de douleur et de rage, il comprit qu’il était emporté par un train, car ses fréquentes excursions avec le juge lui avaient appris à connaître ce mode de locomotion.
      Ses yeux, en s’ouvrant, exprimèrent la colère et l’indignation d’un monarque trahi. Soudain, il aperçoit à ses côtés l’homme auquel Manoël l’a livré. Bondir sur lui, ivre de rage, est l’affaire d’un instant ; mais déjà la corde se resserre et l’étrangle…
Jack London, L’appel de la forêt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire